Présentation du professeur Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

gabie.jpg
  • Gabriel Heitz,  grade : 3e Dan
  • Pratique l'aïkido depuis 1979
  • Séjour de 2 mois au japon au Centre mondial de l'Aïkido
  • Nombreux stages effectués avec les plus grands maîtres
  • Enseigne l'aïkido depuis 1995
  • Pratique le zen

 

Interview de Gabriel Heitz 

 

Interviewer : En quelle année as-tu commencé l’Aïkido ? Quelles ont été les circonstances de tes débuts, comment en as-tu eu connaissance sachant que c’était peu connu ?  Quelles étaient tes motivations pour débuter cet art martial ?

Gaby : J’ai commencé l’aïkido en septembre 1979, j’avais 22 ans, et à cette époque je pratiquais aussi le karaté. J’aimais voyager hors des sentiers battus et ça me rassurait de pratiquer les arts martiaux pour ma sécurité. J’ai donc poussé la porte d’un dojo et c’est là que je suis tombé sur un cours d’aïkido, c’était à Saint Avold. Je ne connaissais pas mais j’ai été attiré par ces mouvements et cette manière de se servir de la situation pour s’en sortir.

 

Quel a été ton parcours ensuite ?

Je m’entrainais tous les jours, que ce soit à l’aïkido ou au karaté et souvent le weekend je partais en stage, j’étais vraiment très engagé et souvent j’allais à Paris pour les stages avec Christian Tissier et mes vacances se passaient au rythme des stages passés avec différents maitres et aujourd’hui après ces années je me considère toujours comme un élève parmi mes élèves

 

Quels ont été tes maitres ?

Je suivais absolument tous les maîtres qui venaient en France mais celui que je côtoyais le plus était Christian Tissier

 

Que t-ont-ils inspiré ?

La diversité des manières de pratiquer, j’étais fasciné par cet art martial, par tout ce qu’on pouvait faire sans rien faire

 

Quels souvenirs gardes-tu de ton séjour au Japon ?

J’en garde beaucoup de bons souvenirs, celui de gens particulièrement aimables et serviables et pour l’aïkido la pratique très intense, le respect absolu de l’étiquette, les tatamis en paille de riz donc très dur et la chaleur en été

 

Depuis quand enseignes tu ?

J’ai commencé à enseigner en 1995, à cette époque je faisais des remplacements, puis en 1997 on m’a proposé de reprendre un club à Metz qui n’avait plus de professeur  et depuis j’enseigne dans cette ville. Le premier club était le Bushido club, puis Borny, puis l’ASPTT Metz et enfin Les Arènes

 

Comment définirais-tu, personnellement, l’Aïkido?

L’aïkido est une manière de se défendre sans blesser son adversaire, on ne cherche pas à vaincre son adversaire mais on cherche à vaincre son geste en le retournant contre lui pour le projeter ou l’immobiliser. Je crois qu’on peut dire que c’est la non violence dans un combat.

 

Qu’est-ce que la pratique de cet art martial t’a apporté et t’apporte encore?

La pratique de l’aïkido apporte en premier lieu ce que toute pratique sportive apporte c'est-à-dire un bien être après l’effort. Ensuite il y a toute la partie étiquette, discipline, concentration, effort continu qui est relative à cette pratique et qui peu à peu m’a imprégné et enfin il y a les techniques qui obligent à un engagement total dès lors qu’elles sont pratiquées avec sincérité

 

D’après toi quelle technique est la plus difficile à acquérir ?

Je pense qu’elles sont toutes d’un niveau relativement équivalent

 

Quelle est selon toi la technique la plus représentative de l’Aïkido ?

Je pense que n’importe quelle technique est représentative de l’aïkido dans la mesure où le geste est pur

 

L’Aïkido étant un art martial de défense, quelle technique serait, d’après toi, la plus facile à utiliser lors d’un conflit réel ?

Peut être discuter avec l’adversaire….

 

Quels sont les ingrédients d'une bonne réalisation d'une technique en Aïkido ?

La sincérité de l’attaque d’une part, et d’autre part être présent pour ressentir le moment de l’attaque au point de l’anticiper pour en quelque sorte provoquer cette attaque

 

Le travail des armes est-il important pour toi ?

Le ken est à l’origine de l’aïkido donc il explique bien les mouvements. Le fait de travailler avec un ken ou un bâton permet de recentrer les positions de son corps car les mains sont reliées pour tenir l’arme

 

Que permet selon toi le travail à genoux ?

Le travail à genoux est très intéressant car il permet de bien sentir les hanches qui sont le moteur du corps

 

Ton Aïkido est assez atypique, très dynamique et réaliste, peux-tu expliquer ce choix ?

Je ne crois pas que ce soit un choix, c’est une évidence en même temps qu’une nécessité, c’est la réponse normale à une attaque sincère

 

Comment vois tu ton avenir et celui du club

Je pense continuer aux Arènes aussi longtemps que nous disposerons de cette salle qui est absolument superbe ainsi que l’infrastructure et les services associés car depuis que nous sommes dans cet endroit la dynamique du club a vraiment évolué de façon incroyable. Parallèlement à cela j’ai en projet de transformer une grange qui m’appartient en dojo et de faire des stages intensifs alliant la méditation, l’aïkido et le travail quotidien, tout cela dans l’esprit des monastères zen japonais.